La chapelle de l’Ermitage s’est refait une beauté !

La chapelle rénovée

350 ans plus tard, la voilà comme neuve, cette chapelle de l’Ermitage de Gentinnes, petit édifice tout de blanc vêtu. Qu’il serait fier l’ermite ! Qui se douterait qu’il y avait non loin de là un logement, un jardin et même une école ? Seules des fouilles archéologiques pourraient dévoiler ce passé.  

350 ans en 100 mots
Tout commence en 1669, lorsque l’évêque de Namur est reçu par Jeanne de Nobili, dame – c’est-à-dire seigneur – de Gentinnes. Oui, les femmes pouvaient être à la tête d’une seigneurie et recevoir à ce titre des hauts dignitaires religieux, souligne Michel Flahaut, fin connaisseur des grandes et petites histoires de la région. Et l’évêque de demander qu’une école voie le jour à Gentinnes. Qu’il en soit ainsi, Jeanne de Nobili mettra les fonds. Et plusieurs ermites maîtres d’école se succéderont à la tâche, entretenus par « la table des pauvres », CPAS d’avant l’heure, tandis que ce dernier aujourd’hui est propriétaire du bois de l’Ermitage et de la chapelle Notre-Dame qu’il abrite. La boucle est bouclée !

Rénovation ou restauration ?
Cette chapelle a traversé les siècles mais se serait sans doute effondrée si une restauration n’avait pas eu lieu en 1994. C’est pourquoi aujourd’hui, il faut parler de rénovation plutôt que de restauration, le premier terme renvoyant au souhait de « faire du neuf avec du vieux » tandis que le deuxième est davantage une recherche de « retour à l’état initial ». De fait, la porte actuelle par exemple n’est pas la porte « historique ».

« Une communauté qui n’a pas le respect de son passé n’a pas d’avenir », a souligné Georges Derriks, force vive des « Amis de la Chapelle »

Pèlerins d’hier et d’aujourd’hui
Quoiqu’il en soit, ces journées européennes du patrimoine 2019 auront permis d’attirer l’attention sur un petit havre de paix et de joie, comme l’a souligné Père Patrick lors de la bénédiction du lieu. Peut-être que, comme par le passé, des pèlerins feront un détour par la chapelle et l’admireront aujourd’hui autant qu’hier.

L’inauguration de ce dimanche 8 septembre

Les Amis de la Chapelle
« Une communauté qui n’a pas le respect de son passé n’a pas d’avenir », a souligné Georges Derriks, force vive des « Amis de la Chapelle ». Merci à lui et à l’équipe qui ont permis que cette chapelle retrouve sa superbe et rassemble les villageois d’ici et d’ailleurs.

Sandrine.

Commentaires Facebook
shares