Nadia et la chocolaterie

Devant ses moules à pralines, Nadia réalise sa chance. Celle de faire ce qu’elle a toujours voulu faire. La vie a pris une toute autre saveur depuis l’ouverture de sa chocolaterie. Ce projet désormais abouti lui a offert un nouvel élan, une nouvelle vie parsemée de défis et surtout de passion pour le chocolat.

Nadia Zakalnyckij a toujours eu un péché mignon pour le chocolat. Sans pour autant délaisser les pâtisseries, les glaces qu’elle affectionne aussi. On ne se refait pas ! C’est donc tout naturellement qu’elle s’inscrit en 2011 à un cours pour devenir chocolatier. Les séances hebdomadaires se suivent mais ne se ressemblent pas. Au 3ème cours, lorsque Nadia démoule ses premières pralines, elle est émerveillée. Quel éclat ! Pas le choix : en refaire, encore et encore, jusqu’à plus faim !

Le jour de l’examen final, après deux ans de cours et divers stages auprès de chocolatiers de renom, peu de candidats sont présents. Mais Nadia est là … et elle ose. Elle présente une praline un peu audacieuse. « Fais dans la simplicité, cherche le goût qu’on a envie de retrouver. » lui conseillait Stephen, un de ses maîtres de stage. Et sa violette bouscule les habitudes du jury. Ça étonne, ça surprend ? Tant mieux. La création est à l’œuvre et au final … on apprécie. La praline à la violette remporte son franc succès. Elle est fine, légère et rappelle des souvenirs d’enfance. Proust n’aurait pas mieux dit.   

Son diplôme en poche, Nadia passe à l’acte : aménagement de l’atelier, là où se trouvait un ancien four à pain, choix d’appareils haut de gamme et silencieux, sélection des meilleurs produits tels que ceux proposés par Valrhona, « le partenaire des artisans du goût ». Car Nadia est perfectionniste, qualité à laquelle le consommateur ne trouvera rien à redire. Et ses produits le manifestent tandis qu’elle met un point d’honneur à ne pas ajouter de sucres, préférant sauvegarder le vrai goût du chocolat.

Et le 15 novembre 2013, c’est le grand saut. Sans faire de ramdam. Du bouche-à-oreille dans le voisinage, une façade embellie par un coup de pinceau, des drapeaux, de la lumière, il n’en faut pas plus pour que le villageois intrigué pousse la porte. La qualité des pralines, pâtes de fruits, massepains, la finesse des ballotins et le sourire de l’artisane font le reste. Dans le petit village de Saint-Géry, mais aussi désormais à Jodoigne, Wavre ou Baisy-Thy, on se passe le mot comme une trainée de poudre. Et l’enthousiasme des déjà huit cents fidèles fait de la chocolaterie un véritable succès. Nadia admire ses NOKIA en chocolat, ses roses des sables, ses pâtes à tartiner et ses tablettes à base de Dulcey. Vous savez ? Ce chocolat blanc oublié qui a fini par caraméliser… Une légende à la Tatin en somme.

Nadia est heureuse. Fatiguée mais heureuse. De rencontrer, de partager, d’être appréciée pour son artisanat.  Et après huit ans, le plaisir est intact. Nadia se lance des défis, tente des nouveautés « à sa façon ». Elle reste émerveillée par l’alchimie qui s’opère entre la crème fraîche et le chocolat. Et pour mieux présenter ses chocolats au public, quelques transformations de son magasin vont être opérées dans les mois à venir. Pour plus de place et plus de visibilité des produits. Un site de vente en ligne va également être développé pour un meilleur service aux clients. Le confinement serait-il passé par là ?…

En conclusion, il y aura toujours une bonne raison de passer chez Nadia, le rendez-vous des saveurs du palais et des merveilles chocolatées. Avis aux amateurs !

Mais attention, Nadia ferme ses portes du 27 juin à 19h. jusqu’au 27 août inclus pour des vacances d’été bien méritées. Le site du magasin : http://www.definitivement-chocolat.be/ et la page Facebook : https://www.facebook.com/D%C3%A9finitivement-Chocolat-687769104574346/

Sandrine

Commentaires Facebook
shares