Chastre plongé dans le noir

Samedi dernier, les habitants du centre de Chastre se sont retrouvés plongés dans le noir le temps d’une soirée. La commune organisait « La nuit de l’obscurité« . Un événement qui invite à nous sensibiliser à la vie nocturne. Une centaine de personnes avaient fait le déplacement. Balade contée ou nature, débat, initiation à l’astronomie, sensibilisation à la sécurité à vélo par le Gracq ou encore photographie « lightpainting », toutes ces activités étaient rassemblés dans la cour de la maison communale et aux alentours. « Nous avons pu compter sur 110 inscriptions pour les 7 activités proposées. Je crois que la plupart des gens sont venus. Nous sommes très satisfaits de la soirée, avec une météo exceptionnelle. Ce type d’événement en est tributaire, naturellement. » nous explique Nicolas Servais, responsable du service Environnement de la Commune de Chastre.

L’observation au coeur de la maison communale.

Pol-Henri Dricot est agronome « nature et foret » au Centre Wallon de recherche Agronomique de Gembloux. Il proposait aux visiteurs une balade « nature » dans le monde de la nuit via une démonstration de vision UV par les animaux. « C’est ma première participation à la nuit de l’obscurité. Je fais ces démonstrations dans les bois depuis 30 ans. Une cinquantaine de personnes m’ont écouté samedi soir. Ils montraient beaucoup d’intérêt. C’est très positif ! » nous explique Pol-Henri. L’agronome a profité de l’obscurité pour montrer quelques exemples d’objets seulement visibles en UV. Il voulait montrer au public que le spectre de vision des animaux était différent de celui des humains. « La journée, les animaux ne voient pas comme nous. La journée, les UV sont vus par les animaux, la nuit, ce sont les hommes qui peuvent les voir avec une source artificielle. » Pol-Henri est très satisfait de cette première expérience à la nuit de l’obscurité.

La nébuleuse photographiée lors de la Nuit de l’Obscurité à Chastre
Renaud et Olivier Coppe

Olivier et Renaud Coppe participaient également pour la première fois à l’événement. Bien connu des abonnés du groupe « J’habite à Chastre et vous ? », les deux frères de Gentinnes sont des astronomes photographes confirmés qui partagent leurs clichés avec tous les Chastrois via notre groupe Facebook. Fervent défenseur de l’obscurité, ils n’ont pas caché leur satisfaction à se retrouver dans le cadre de la maison communale dans le noir presque complet. « Nous bénéficions déjà d’une pollution lumineuse réduite chez nous à Gentinnes mais ici, grâce à l’obscurité obtenue par la coupure de l’éclairage public, on profite d’une situation exceptionnelle. La pollution lumineuse est très importante dans notre pays, il faut la réduire pour la vie nocturne. » défends Olivier. Un peu stressés par cette première expérience d’une démonstration en public, Renaud et Olivier étaient très satisfaits du retour des gens. « Nous n’avons pas vu le temps passer. On s’est retrouvé à un moment donné avec plus d’une vingtaine de personnes autour de nous. La plupart étaient très heureuses de voir et comprendre le travail nécessaire pour arriver à capturer une nébuleuse. C’était un plaisir d’enfin pouvoir montrer l’envers du décor, le matériel et le travail nécessaire à produire nos photos. » nous explique Renaud. Ils nous ont également produit un timelaps exceptionnel pendant la soirée. Une très belle façon de montrer le ciel chastrois en mouvement pendant la nuit.

Des balades étaient également organisées autour de la maison communale ainsi qu’un débat sur l’éclairage public. Des photographes amateurs ont également pu exercer leurs talents de « lightpainting », une technique photographique qui consiste à modeler la lumière ou des faisceaux lumineux sur une photographie.

« Ces soirées s’inscrivent dans une réflexion sur l’éclairage nocturne, source de pollution pour l’environnement (deux tiers des insectes sont nocturnes !) et le climat. C’est l’enjeu de l’une des fiches du projet de PCDR (Plan Communal de Développement Rural) de la commune de Chastre. Mais une coupure n’est pas envisageable du jour au lendemain, il y a aussi des enjeux de sécurité, de ressenti… De telles soirées permettent de nourrir le débat, de familiariser le public avec les enjeux. » explique Nicolas Servais.

Grâce à des conditions météorologiques exceptionnelles, cette édition a rencontré un beau succès malgré un froid piquant en fin de soirée. Certains visiteurs ne cachaient pas leur envie d’une bonne soupe à l’oignon pour se réchauffer à la fin de l’événement. Un rendez-vous l’année prochaine ? Rien n’est décidé selon Nicolas Servais. « Pour 2022, nous verrons ; cela demande du temps, de l’énergie 😉 » conclu t’il

Commentaires Facebook

Évènements à venir