Chastre dans le noir total entre minuit et 5h du matin

maj : 26 octobre 2022

Le conseil communal de ce 25 octobre 2022 a approuvé la coupure totale de l’éclairage public sur le territoire de notre commune. Chastre sera plongé dans le noir entre minuit et 5 heures du matin. Cette mesure prendra effet ce 1er novembre prochain jusqu’à la fin du mois de mars 2023. Une mesure qui permettra d’économiser plus ou moins 84 MWh sur cette période, soit 26.400 €. Des travaux de sécurisation sont en cours de réalisation dans des endroits stratégiques de la commune comme les ronds-points, les bacs à fleurs et les panneaux de signalisation usés ou délavés. La visibilité de nuit doit être renforcée selon le bourgmestre. « C’est un peu perturbant. je ne peux que conseiller aux gens qui se déplaceront entre minuit et 5h du matin à être équipé d’un gilet fluorescent sinon on ne les verra pas du tout » explique le bourgmestre.

Cette mesure fait partie d’une série de tests entrepris par ORES pour économiser de l’énergie. Il est probable que cette coupure nocturne soit prolongée au delà du 31 mars 2023.

Article du 29 septembre 2022 👇

Lors du conseil communal du mois de septembre, le débat autour des économies d’énergie à réaliser par l’administration communale a permis au Bourgmestre et à son échevin de l’énergie de présenter deux pistes. La première serait de diminuer la température dans les bâtiments communaux, dont les écoles. « Au niveau de la température, on vise les 19° même si dans certain endroit, on peut avoir une petite souplesse vers le haut. On mettra un pull de plus. 19°, c’est vivable même si on est assis. » explique Jean-Marie Thiry (ECOLO), échevin de l’énergie et de l’environnement. « Baisser d’un degré, soit de 22° à 21°, on gagne 10% d’énergie. Et on en gagne encore 6 à 8° si on passe à 20°. Pour 19°, je ne connais pas les chiffres. » précise le Bourgmestre Thierry Champagne (Chastre 20+). La commune n’a pas encore d’idée précise du montant qui pourrait être économisé grâce à cette mesure.

Une décision doit également être prise pour couper l’éclairage public. La commune remplace 10% de son parc d’éclairage public par du LED chaque année depuis 3 ans mais ce n’est pas encore suffisant selon l’échevin de l’énergie. 80% de l’éclairage chastrois est encore énergivore. Ce n’est pas l’administration communale qui peut réguler et couper l’éclairage mais bien le gestionnaire de réseau ORES. « ORES a envoyé un courrier à toutes les communes pour connaître leurs avis pour une coupure totale après minuit. » explique Jean-Marie Thiry. La proposition d’ORES est de couper tout l’éclairage public entre minuit et 5 heures du matin du 1er novembre au 31 mars 2023. L’inconvénient technique de cette décision est qu’ORES ne peut pas couper des secteurs bien définis comme une rue, un lampadaire sur deux ou un carrefour. En résumé, ORES peut tout couper ou rien. « Sur le fond, on était tous d’accord pour tester de couper un village entre minuit et 5 heures du matin. Ici, je pense que cela va s’imposer à nous. Ce n’est pas plus mal car si ça se fait partout en même temps, ça coutera moins cher à ORES. » explique le Bourgmestre qui craint également une responsabilité juridique de la commune en cas d’accident lié à l’absence d’éclairage. Le Bourgmestre espère que la région ou le fédéral clarifie la situation sur le plan juridique. Du côté de l’opposition, on se montre plus réticent à une coupure totale de la commune. « Je ne suis pas sûr que la population soit d’accord de couper toutes les lumières des villages. Cette présence lumineuse apporte un petit sentiment de sécurité. Qu’on réduise la quantité, je suis d’accord mais demandez l’avis de la population, je ne suis pas sûr qu’elle le soit. » se demande Michel Pierre (Chastre@venir).

ORES a envoyé ce courrier à près de 200 communes et attend une réponse définitive pour le 15 octobre.

D’autres pistes sont étudiées comme le remplacement de l’éclairage des églises ou du terrain de football par du LED. Les communes sont protégées des hausses de prix de l’électricité grâce à un contrat fixe qui court jusqu’à la fin de l’année. Mais le risque d’une explosion des prix de l’éclairage public est une réalité pour l’année prochaine. L’IPFBW (organisme qui négocie le prix du gaz et de l’électricité pour les communes) préconise de budgétiser un montant multiplié par 4 pour 2023 et par 3 pour 2024 rien que pour le gaz…

Commentaires Facebook

Évènements à venir